Hitler, la fuite en Argentine selon le FBI

 

Hitler, la fuite en Argentine selon le FBI

 FBI : Hitler n’est pas mort, il a fui vers l’Argentine.

 

Hitler s’est enfui vers l’Argentine et tous les détails sont disponibles sur le site du FBI. De nouveaux documents déclassifiés du FBI prouvent que le gouvernement savait qu’Hitler était bel et bien vivant dans la Cordillère des Andes bien après la Seconde Guerre Mondiale.

.

Personne ne le croyait jusqu’à la publication des documents du FBI. Il semble possible que l’homme le plus détesté de l’histoire moderne ait échappé à la guerre qui déchirait l’Allemagne pour vivre une vie bucolique et paisible dans les magnifiques contreforts de la Cordillère des Andes.

Il s’agit sans doute du cold case (affaire non résolue) le plus célèbre de l’histoire moderne. La disparition du corps du dictateur nazi a contribué à entretenir le mystère autour de sa mort.

Une étude parue le 18 mai 2018 dans l’European Journal of Internal Medicine conclut que des restes humains attribués au Führer et conservés à Moscou sont bien ceux d’Adolf Hitler. Leur état confirme que celui-ci est bien mort en 1945.

 

Je vous passe les détails, parce que sur des dires de docteurs nazis et d’une analyse sur une prothèse et ses trouvailles de reste de végétaux !! Vous allez voir ci-dessous que ce n’est pas aussi simple !

Comment ces éléments osseux sont-ils parvenus en Russie ? « Après l’autopsie des corps le 8 mai 1945 à Berlin par les Soviétiques, les autorités russes ont décidé d’expédier à Moscou les mâchoires d’Hitler afin de précéder à leur identification. Ils réussirent à identifier les dents comme étant celles du Führer grâce à Käthe Heusermann, l’assistante du dentiste d’Hitler et à son technicien dentaire, Fritz Echtmann », peut-on lire dans l’article publié dans l’European Journal of Internal Medicine.

Le 30 mai 1946, une opération secrète est menée à Berlin par les Soviétiques afin de vérifier à nouveau les investigations effectuées un an plus tôt. Nom de code : « Mythe ». Il s’agit alors de confirmer la thèse du suicide au cyanure car on dispose depuis d’un nouvel élément. L’équipe soviétique a en effet découvert, dans le sol à environ 50 à 60 cm de profondeur, un fragment de crâne dans le même petit cratère où les corps avaient été retrouvés un an auparavant.

Hitler se serait suicidé avec du cyanure, pourtant le crâne a un trou de balle, photo ci-dessous, comment passer à coté ?

Des documents du FBI récemment déclassifiés montrent non seulement que le suicide d’Hitler et d’Eva Braun était truqué, mais que le couple tristement célèbre aurait reçu l’aide du Directeur de l’Office des Services Stratégiques (OSS – prédécesseur de la CIA) Allan Dulles lui-même.
Dans un document du FBI de Los Angeles, il est révélé que l’Agence était bien consciente d’un mystérieux sous-marin avait fait route vers la côte argentine pour y déposer des hauts responsables nazis. Ce qui est encore plus étonnant est le fait que le FBI savait qu’Hitler vivait en fait dans les contreforts de la Cordillère des Andes.

Dans une lettre au bureau datée du mois d’aout 1945, un informateur non identifié a accepté d’échanger des informations pour l’asile politique. Ce qu’il a révélé aux agents est édifiant. L’informateur savait non seulement qu’Hitler était en Argentine, mais il était de plus l’un des quatre hommes ayant croisé la route du sous-marin allemand. Apparemment, deux sous-marins avaient débarqué sur la côte argentine ; Hitler et Eva Braun étaient à bord du second. Le gouvernement argentin a non seulement accueilli l’ancien dictateur allemand mais l’a aussi aidé dans sa cache. L’informateur a donné des indications détaillées sur les villages que Hitler et son groupe avaient traversés ainsi que des détails physiques crédibles concernant Hitler. Alors que, pour des raisons évidentes, l’informateur n’a jamais été nommé dans les papiers du FBI, son témoignage a été suffisamment crédible pour être avalisé par certains agents.

En outre des documents du FBI détaillant le récit d’un témoin oculaire des allées et venues en Argentine, de nouvelles preuves sont mises en lumière aidant à prouver que Adolf Hitler et Eva Braun ne sont pas morts dans le bunker. En 1945, l’attaché naval à Buenos Aires a informé Washington qu’il y avait une forte probabilité qu’Hitler et Eva Braun soient parvenus jusqu’à l’Argentine. Cela coincide avec les observations du sous-marin U-530. Des preuves supplémentaires, sous la forme d’un article de journal, détaillent la construction d’un manoir de style bavarois dans les contreforts de la Cordillère des Andes. D’autres preuves, sous la forme du témoignage de l’architecte de la nouvelle maison d’Hitler Alejandro Bustillo, montrent qu’elle a été financée par de riches immigrants allemands.

La preuve la plus confondante qu’Hitler ait survécu la chute de l’Allemagne réside peut-être en Russie. Du fait de l’occupation soviétique de l’Allemagne, les restes supposé d’Hitler furent promptement dissimulés et envoyés en Russie pour ne jamais être revus. Cela jusqu’en 2009 quand un archéologue de l’état du Connecticut, Nicholas Belladone, a été autorisé à pratiquer un test d’ADN sur un des fragments de crâne récupérés.

Ce qu’il a découvert a déclenché une réaction en chaine à travers les communautés du renseignement et des scientifiques. Non seulement l’ADN ne correspondait à aucun des échantillons supposés d’Hitler, ils ne correspondaient pas non plus l’ADN connu d’Eva Braun. Donc la question est : qu’est-ce que les soviétiques ont découvert dans le bunker et où est Hitler ?

Gerrard Williams est un journaliste de renom qui a fait de grandes découvertes sur le temps de dictateur de Hitler.

L’une de ces nouvelles découvertes est la force d’Adolf Hitler qui s’est enfui en Argentine et qui a vécu douze ans de plus après la guerre. Une déclaration qui a même risqué sa vie et celle de son équipe de recevoir des menaces de la part des nazis qui ont encore du pouvoir en Allemagne.

Apparemment, le prétendu suicide était faux et les cendres utilisées n’étaient pas les siennes. Et il a dit: « Quand les Russes arrivent, ils ne trouvent pas de corps. Ils le font un peu plus tard, curieusement, mais ils ne trouvent aucun corps à ce moment-là, et le journaliste de la BBC, Thomas Cadet, dit que les Russes n’ont reçu aucun corps ressemblant à Adolf Hitler, selon eux. « 

 

Il soutient que Hitler a mis en place une voie d’évacuation partant du Danemark, avec des liaisons à Barcelone et à Fuerteventura, et à destination finale vers Bariloche; où il a vécu pendant 12 ans de plus avant d’être emporté par une crise cardiaque en 1962.

Des pros enquêtent :

La décou­verte en 2009 d’une preuve scien­ti­fique qui inva­lide la version offi­cielle des événe­ments rela­tée depuis 1946 : le crâne que les Russes disaient appar­te­nir à Hitler est en réalité celui d’une femmeLa déclas­si­fi­ca­tion de plus de 700 docu­ments par le FBI en 2014 faisant état de nombreux témoi­gnages qui attestent de la présence d’Hit­ler d’abord en Espagne, puis en Argen­tine après sa mort présu­mée. Sur la base de ces trou­vailles, History Chan­nel a confié l’enquête à une équipe au CV impres­sion­nant : John Cencich enquê­tait sur les crimes de guerre pour les Nations Unies avant de deve­nir profes­seur de justice pénale à la Cali­for­nia Univer­sity of Penn­syl­va­nia ; Lenny DePaul est inspec­teur en chef et comman­dant des US Marshalls ; Tim Kennedy est sergent première classe au sein de l’US Army et fait partie de l’élite des forces spéciales ; Steven Ramdam, CEO de l’agence d’in­ves­ti­ga­tion privée Pallo­rium, Inc., a aidé à loca­li­ser 170 colla­bo­ra­teurs du régime nazi et d’autres crimi­nels de guerre aux États-Unis, en Europe et en Austra­lie ; Gerrard Williams est jour­na­liste et histo­rien, et il a notam­ment travaillé pour Reuters, la BBC et Sky News. Robert Baer, à la tête de cette équipe, est un vété­ran de la CIA, pour laquelle il a travaillé durant 21 ans, prin­ci­pa­le­ment au Moyen-Orient. Aujourd’­hui consul­tant inter­na­tio­nal et auteur de nombreux livres, il a publié dans les plus grands titres mondiaux, du Guar­dian à Vanity Fair, en passant par le TIME dont il est le spécia­liste du rensei­gne­ment. Ses mémoires, parues en 2003, ont en partie inspiré le film Syriana. Aujourd’­hui, il parti­cipe régu­liè­re­ment à l’émis­sion de CNN Situa­tion Room, pour laquelle il est amené à enquê­ter sur les crashs d’avions irré­so­lus, comme celui d’EgyptAir.

Un dira :  » La mort d’Hit­ler – enfin sa mort présu­mée – ne s’est jamais appuyée sur des docu­ments. Il ne s’agis­sait que d’in­fos de seconde main, il n’y a personne pour en témoi­gner direc­te­ment. Le crâne présenté comme étant celui d’Hit­ler n’était pas le sien et sa mort dans le bunker est une histoire brico­lée à la hâte qui ne nous dit que ce qu’on a envie d’en­tendre. Pendant ce temps-là, le FBI – J. Edgar Hoover en avait fait sa prio­rité – et l’an­cien dépar­te­ment de la Guerre des États-Unis le recher­chaient acti­ve­ment. Staline aussi était convaincu qu’il n’était pas mort, ce qui laisse songeur. Et il y a une raison simple qui explique pourquoi personne n’était au courant de ces recherches jusqu’ici : les docu­ments du FBI étaient confi­den­tiels jusqu’en 2014, tout comme ceux du dépar­te­ment de la Défense. »

La CIA sur les traces d'Hitler :

Selon le Daily Star, David Brixnor, un agent de la CIA à Caracas (Vénézuela), rapportait qu’Adolf Hitler était « toujours en vie en 1955 », soit une décennie après sa mort. L’information n’a jamais pu être confirmée par les autorités américaines.

David Brixnor, qui opérait sous le nom de code « Cimelody-3 » en Amérique du Sud, aurait reçu cette information de la part d’un agent nord-coréen. Adolf Hitler aurait été aperçu en Colombie. Le « Führer » aurait changé de nom: Adolf Schrittelmayor. L’agent de la CIA aurait même été directement contacté par un ancien soldat SS. Phillip Citroën serait considéré comme une source fiable et un proche du dictateur nazi.

À l’époque où il travaillait pour une compagnie ferroviaire de Colombie, Phillip Citroën a dit à un ancien membre du bureau avoir rencontré un individu qui ressemblait fortement à Adolf Hitler et prétendait l’être. Citroën a dit l’avoir rencontré à la Residencias Coloniales à Tunja, en Colombie. Selon la source, c’était une ville surpeuplée d’anciens nazis idolâtrant ce soi-disant Adolf Hitler et s’adressant à lui par le Führer, le saluant dans le style nazi », est-il précisé dans le rapport.

La thèse selon laquelle Adolf Hitler aurait réussi à fuir Berlin et avait vécu plusieurs années en Argentine avait été précédemment avancée par le journaliste argentin Abel Basti dans son livre intitulé « Sur les traces d’Hitler ».

 

TÉMOIN DE L’ÉVASION D’HITLER :

Aubrey Temples, deux fois récipiendaire de l’Étoile de bronze avec bravoure et deux fois récipiendaire de la médaille Purple Heart. En tant que prisonnier de guerre, il s’est retrouvé face à face avec Hitler le 30 avril 1945, le jour où lui et Eva Braun se seraient suicidés dans le bunker de Berlin.

Souvenez-vous du crâne de femme cité plus haut, qui, n’a jamais  fait l’objet d’aucune recherche !

Aubrey M. Temples était un parachutiste de la 82e Parachutiste aéroporté, un prisonnier de guerre en Allemagne et un double récipiendaire de la Purple Heart, qui a vu Adolf Hitler face à face à Nussdorf, en Allemagne, le matin du 30 avril 1945, jour où Hitler était censé s’être suicidé à Berlin. Des temples l’ont regardé monter dans l’avion et s’envoler.

l’americain Aubrey Temples a vu Adolf Hitler s’échapper en avion le 30 Avril 1945 A Nussdorf en Bavière

TEMPLES A AFFIRMÉ QU’IL A IMMÉDIATEMENT ENVOYÉ UNE NOTE À SES SUPÉRIEURS DE CE QU’IL A VU, CETTE LETTRE PROUVE QU’IL L’A FAIT

Aubrey Temples n’avait aucune raison de mentir sur son histoire, il n’en a jamais tiré d’argent. Mais avant d’aller plus loin, prenez un moment pour écouter son récit, enregistré avant sa mort, et décidez par vous-même si vous pensez qu’il dit la vérité. Voici maintenant cette interview :

J’ai envie de dire, quand l’on retrouve un homme aussi important, [ et l’on est pas chez ben Laden où l’on plonge son corps en mer pour pas en faire un martyr hein .. ], à ce temps là, rapporter la tête était un trophée ! Nous montrer une molaire contre un flot de contradictions, croire la thèse officielle est plus insensé que croire à sa fuite .   

Le FBI Tweet des liens vers le « Protocole des Sages de Sion »

 

Le FBI Tweet des liens vers le « Protocole des Sages de Sion »

Un compte officiel du FBI a été critiqué pour avoir tweeté un lien vers une sélection de 139 pages de dossiers appartenant au Bureau et concernant le « Protocole des Sages de Sion », ouvrage du début du 20e siècle et accusant les Juifs de vouloir dominer le monde.

Le compte FBI Records Vault a publié ce tweet mercredi après-midi, sans fournir de contexte, et certains usagers du réseau social ont considéré qu’il faisait la promotion du message transmis par le « Protocole ». Le compte poste toutefois régulièrement des documents déclassifiés des archives du FBI.

Les dossiers inclus dans le lien comprennent des copies différentes du texte du « Protocole », qui affirme qu’il est « la preuve que le communisme est un complot juif visant à réduire en esclavage les non-Juifs et à se saisir du pouvoir au cours du chaos qui suivra », ainsi que des lettres écrites à l’ancien chef du FBI, J. Edgar Hoover, à son sujet.

Bien sûr, comme d’habitude avec les documents déclassifiés, l’on se retrouve avec un torchon 1967 sans grand intérêt. Mis à part avoir excité tous les petits caliméros du monde ! Les protocoles ont des centaines d’années et comprendre l’origine de ces écrits demande une plus grande compréhension du monde des enfers. Trouvez une histoire bien passionnante dans l’article ci-dessous .

Corona Virus, l’étau se resserre.

 

Corona Virus, l'étau se resserre :

Le virologue Étienne Decroly fait le point sur les différentes hypothèses, dont celle de l’échappement accidentel d’un laboratoire.

"Il faut que le bénéfice collectif apporté par la protection soit largement supérieur au risque individuel encouru lors de l’utilisation des vaccins. Mais, quand on est dans une approche « bénéfices-risques », il ne faut pas nier qu’il y a un risque. D’ailleurs, les industriels de la vaccination travaillent pour minimiser ce risque".
Étienne Decroly
Virologue
Yaroslav Pigenet  27.10.2020, pour CNRS le journal « interview »

Vous pensez que le SARS-CoV-2 est sorti d’un laboratoire ?

É. D. On ne peut éliminer cette hypothèse, dans la mesure où le SARS-CoV qui a émergé en 2003 est sorti au moins quatre fois de laboratoires lors d’expérimentations. Par ailleurs, il faut savoir que les coronavirus étaient largement étudiés dans les laboratoires proches de la zone d’émergence du SARS-CoV-2 qui désiraient entre autres comprendre les mécanismes de franchissement de la barrière d’espèce. Toutefois, pour l’instant, les analyses fondées sur la phylogénie des génomes complets de virus ne permettent pas de conclure définitivement quant à l’origine évolutive du SARS-CoV-2.

L’histoire secrète du laboratoire P4 de Wuhan vendu par la France à la Chine.

L’édifice mystérieux est un laboratoire Pathogènes de classe 4 (P4) qui peut héberger les virus les plus mortels de la planète tels Ebola.Pékin maintient une chape de plomb sur l’origine du virus. Et que la possibilité que celui-ci soit issu d’un accident en laboratoire est jugée crédible par les experts.

« Ceux qui ont enquêté sur le laboratoire P4 de Wuhan se sont volatilisés ! »

Un «grand ménage» effectué ? A en croire le quotidien britannique The Daily Mail, l’institut de virologie de Wuhan, en Chine, a supprimé des photos de scientifiques travaillant au sein de ses laboratoires ainsi que des textes faisant référence à des visites de diplomates américains.

Des visites de diplomates américains, dont celle faite en mars 2018 par Rick Switzer, un expert en sciences et technologies de laboratoire rattaché à l’ambassade américaine de Pékin.

Chercheurs des réseaux professionnels associés à la Institut de virologie de Wuhan (WIV) et Alliance EcoHealth, un organisme américain à but non lucratif qui  a recueilli des millions de dollars de subventions financées par les contribuables à collaborer avec WIV sur la recherche sur les coronavirus.

J’ai envie de dire que Wuhan n’est pas qu’une histoire de Franco/chinois , dés que des américains appairassent, cela devient louche !

Fait très intéressant, WIV a supprimé le communiqué de presse de cette visite de son site Web après l’éclatement de la pandémie. Le nuage sur l’origine du coronavirus s’assombrit après qu’un chercheur chinois de l’Université de technologie de Chine du Sud, Guangzhou, ait écrit sur une possible fuite du virus du laboratoire de Wuhan en Chine.

Selon l’étude publiée par le chercheur chinois Xiao Botao intitulée «Les origines possibles du coronavirus 2019-n-CoV», qui est devenue publique en février, le virus n’est pas originaire du marché des fruits de mer humides à Wuhan. Botao, qui a travaillé comme chercheur postdoctoral à la Harvard Medical School – avec son domaine d’étude axé sur la biomécanique cellulaire et moléculaire – a souligné qu’il n’y avait pas de colonies connues de chauves-souris porteuses de CoVZC45 présentes à moins de 900 km de la mer. marché alimentaire et que ces chauves-souris se trouvaient principalement dans la province du Yunnan ou du Zhejiang.

Il a également souligné dans leur rapport que lui et son équipe avaient interrogé plus de 70 personnes sur le marché d’aliments humides du Hunan et qu’aucun d’entre eux n’a témoigné d’une chauve-souris vendue sur ce marché. L’étude a déclaré qu’ils avaient examiné la zone autour du marché des fruits de mer et avaient identifié deux laboratoires menant des recherches sur le coronavirus des chauves-souris et à moins de 280 mètres du marché des fruits de mer se trouvait le Wuhan Center for Disease Control & Prevention, qui abritait également de nombreux animaux, y compris les chauves-souris pour leurs expériences. «La chirurgie a été réalisée sur les animaux en cage et les échantillons de tissus ont été prélevés pour l’extraction et le séquençage d’ADN et d’ARN. Les échantillons de tissus et les déchets contaminés étaient source d’agents pathogènes. Ils n’étaient qu’à 280 mètres du marché aux fruits de mer. Le WHCDC était également adjacent à l’hôpital de l’Union où le premier groupe de médecins a été infecté au cours de cette épidémie.

Il est plausible que le virus ait fui et que certains d’entre eux aient contaminé les premiers patients de cette épidémie, bien que des preuves solides », ont déclaré les chercheurs dans leur rapport. «Le deuxième laboratoire se trouvait également à 12 km du marché des fruits de mer et le laboratoire a signalé que les raquettes chinoises étaient des réservoirs naturels du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV) qui a provoqué la pandémie de 2002-3 9. L’enquêteur principal a participé dans un projet qui a généré un virus chimérique en utilisant le système de génétique inverse du SRAS-CoV, et a signalé le potentiel d’émergence humaine 10. Une spéculation directe était que le SRAS-CoV ou son dérivé pourrait fuir du laboratoire », ont ajouté les chercheurs.

Le Sunday Guardian a essayé à plusieurs reprises de contacter Botao Xiao par e-mail, mais malgré la lecture des e-mails de The Sunday Guardian, il a choisi de ne pas répondre.

Les marins mangent peut-être de la chauve-souris ?

Mystère autour de la contamination de l'équipage du porte-avions Charles de Gaulle

L’origine de la contamination du navire n’est pas encore connue. Le navire n’a pas été en contact avec un élément extérieur depuis le 15 mars. Le porte-avions nucléaire, qui croisait dans l’Atlantique, avait annoncé mercredi avoir décidé d’anticiper son retour en France après la découverte à son bord de cas suspects.

Suivons toujours la piste américaine :

Anthony Stephen Fauci, né le 24 décembre 1940 à Brooklyn, est un immunologue américain. Il est depuis 1984 le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses, un centre de recherche du département américain de la Santé.

Le président élu Joe Biden a indiqué jeudi avoir demandé à l’immunologue Anthony Fauci, figure très respectée aux Etats-Unis, de faire partie de son équipe sur le Covid-19.

En 2015, le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), avait sous-traité la recherche sur le coronavirus chauve-souris au laboratoire chinois de l’Institut de virologie de Wuhan et cette décision a été prise après que le gouvernement américain eut imposé un moratoire fédéral sur la recherche sur le gain de fonction (GOF) – modifiant les agents pathogènes naturels pour les rendre plus mortels et infectieux en raison des craintes croissantes d’une éventuelle pandémie due à une libération accidentelle ou délibérée de ces germes de monstres génétiquement modifiés .

Des recherches chinoises et américaines financées par le Dr Anthony Fauci ont abouti au COVID-19.

[Par Peter R. Breggin MD et Ginger Breggin] Quatre scientifiques, dirigés par Li-Meng Yan (MD, PhD), qui s’est récemment échappé de la Chine communiste, ont publié un article de pré-publication (suivez les progrès de l’article ici) dans lequel ils confirment la relation directe entre la recherche financée par le Dr Anthony Fauci et La capacité de la Chine à créer le SARS-CoV-2.

Bien que les scientifiques ne le nomment pas, leurs travaux montrent que la recherche financée et soutenue politiquement par le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut des allergies et des maladies infectieuses du NIH, a conduit directement à la capacité des Chinois à concevoir le SRAS-CoV-2 et à l’origine de la pandémie COVID-19. Pendant de nombreuses années, Fauci a financé et encouragé de multiples projets de recherche, au moins deux impliquant des chercheurs américains collaborant à la fabrication de virus mortels avec l’installation de guerre biologique notoirement peu sûre dirigée par les communistes à Wuhan.

Ils confirment également que l’Institut de Wuhan, contrôlé par l’armée, possède désormais la plus grande collection au monde de coronavirus extraits de chauves-souris — ce qui constitue une menace de rejets accidentels et/ou de guerre biologique pure et simple. En soutenant Wuhan et ses chercheurs, Fauci a contribué à mettre le monde entier en danger pour la pandémie actuelle et pour les futures.

Nous avons publié pour la première fois sur les activités dangereuses de Fauci le 15 avril 2020, lorsque nous avons publié un rapport et diffusé notre vidéo confirmant que lui et son institut finançaient une recherche collaborative entre des scientifiques chinois et américains sur la manipulation des coronavirus du SRAS. Nous avons suggéré que ce travail a potentiellement conduit à la création de laboratoire du SRAS-CoV-2 et de la pandémie. Veuillez consulter notre centre de ressources sur les coronavirus pour des analyses supplémentaires et des informations de base.

Dans les 48 heures suivant notre rapport sur le financement de projets conjoints américano-chinois par le Fauci pour créer des virus épidémiques, le président Donald Trump a annulé le financement de ce projet odieux. Malheureusement, Fauci reste directeur de l’Institut, bien qu’il soit un collaborateur chinois et maintenant le chef scientifique des forces politiques pro-lockdown qui démantèlent notre économie et suppriment nos vies individuelles.

hé.. bien, mettez ces trois là ensemble et pour les conspiraSionistes tout s’explique !  

Tout comme Hold-up , le documentaire Plandemic américain fait du bruit !

Anthony Fauci se faire décerner une médaille par le criminel de guerre George Bush junior !
J'aimerais que vous fassiez une petite pause en regardant ce que disait la vidéo ci-dessous en 1965
Et pour finir, vidéo d' Alexandra Henrion-Caude "Généticienne"

Les protocoles des sages de Sion

 

Les protocoles des sages de Sion :

Peut-être un faux, l’on ne saura jamais qui l’a écrit, mais il n’en reste pas moins d’actualité, sinon il aurait disparu depuis longtemps !

Les Protocoles sont l’un des documents les plus dérangeants du monde. On se doit de l’appréhender comme le déroulé d’une domination mondiale exercée par une fraternité ultrasecrète à l’aide d’une méthodologie implacable et rigoureuse. Aucun autre document au monde ne fait comprendre plus clairement pourquoi le monde se dirige graduellement vers un Nouvel Ordre Mondial, un gouvernement unique contrôlé par une main soigneusement dissimulée que certains, comme le traditionaliste Jacques Delacroix, dans ses recherches, nomme « le Conseil des Treize ».

Il ne vous a nullement échappé que notre société bat de l’aile. Une crise économique mondiale s’aggrave, et n’arrête pas de se propager dans le monde entier. Les gouvernements se ruent au sauvetage des banquiers grâce à nos impôts, au détriment des fonds de pension et des régimes de retraite. Au passage, les systèmes protecteurs de santé se lézardent. Le chaos politique et socio-économique actuel transparaissait il y a plus d’un siècle dans Les Protocoles des sages de Sion. Par quel miracle ? Ces Protocoles sont la trame de la domination du monde, élaborée par une fraternité secrète. Ils esquissent le plan qui doit substituer aux gouvernements en place un nouvel ordre mondial dictatorial, voué à dominer le monde entier sous l’égide d’un règne de terreur. Durant plus de cent années, on aura tenté de nier l’authenticité des Protocoles. Il n’empêche que ces allégations de faux, la plupart du temps sans fondement, ne peuvent lutter contre des arguments irréfutables. La raison en est simple: la justesse des prédictions sur le déroulement de l’histoire du monde citées dans les Protocoles. Ces textes affichent un programme précis. Des événements décisifs sont annoncés: la chute des empires russe, autrichien et allemand, la Première guerre mondiale, la création de la Société des Nations, la Seconde guerre mondiale, le communisme implanté en Russie, la course aux armements, la création d’une police internationale (les « casques bleus »), les changements continuels de gouvernements et le chaos planétaire actuel. Le tout prédit à la fin du XIXe siècle ! Ceux qui ont vraiment étudié le contenu des Protocoles ont du mal à croire que son auteur anonyme ait pu inventer, imaginer ses prédictions. Nous avons affaire à quelqu’un de particulièrement bien informé de toutes sortes de plans secrets pour l’avenir.

Il est décrié comme fake, faux, conspiraSioniste. Pourtant il n’en reste pas moins vrai dans les déroulements qu’il décrit et la dégradation exacte de notre monde.

Origine officielle des protocoles :

Serguei Alexandrovitch Nilus

Serguei Alexandrovitch Nilus, né le 9 septembre 1862, et mort le 14 janvier 1929, est un écrivain et éditeur russe. Il fut l'un des premiers éditeurs des Protocoles des Sages de Sion.

Ensuite « Les protocoles des sages de Sion »  serait un plagiat d’un certain « Maurice Joly » ! J’en profite pour vous montrer l’amateurisme des gens qui véhiculent l’histoire bêtement et ne sont pas capables de vérifier leurs sources ! Voici ce que l’on trouve sur Wikipédia par exemple :

Mauvaise photo sur « MatveÏ Golovinski »

Lui a gauche, c’est « Maurice Joly » celui qui a écrit « Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu » d’où serait inspiré « les protocoles des sages de Sion »

« Matveï Golovinski » c’est lui ci-dessous :

Pareil chez Babelio,  la photo de « Maurice Joly » sous le nom « Mathieu Golovinsk »

Donc, "Maurice Joly" c'est lui !

Maurice Joly, né à Lons-le-Saunier (France) le 22 septembre 1829 et mort à Paris le 15 juillet 1878, était un avocat du barreau de Paris, journaliste et écrivain français.

Avocat, Joly partageait non seulement la révolte de Victor Hugo devant le coup d’État de Napoléon III, mais il voyait aussi dans la manipulation des milieux d’affaires, de la presse et de la population par le nouvel Empereur un grave risque de servitude morale pour la totalité du peuple français.

Il écrivit la première édition du « Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu » ou la  politique de Machiavel  au XIXe siècle, par un contemporain a été publiée anonymement à Bruxelles, en 1864 par A. Mertens et fils.

Les protocoles des sages de Sion en serait un plagiat.

Un plagiat par le fameux : « Matveï Vassilievitch Golovinski », dit Mathieu en français serait l’auteur du célèbre « Les Protocoles des Sages de Sion » édité par « Serguei Alexandrovitch Nilus », le premier homme de mon article.

Matveï Vassilievitch Golovinski
Comment le sait-on ? Parce que Mikhaïl Lepekhine,

en France son nom est associé à la découverte de l’identité de l’auteur du célèbre pamphlet , les Protocoles des Sages de Sion (rédigé en 1901-1902) alors qu’il effectuait des recherches dans les archives de l’URSS.

Il s’agit de Matveï Golovinski, un agent russe de l’Okhrana, la police secrète du tsar. Cette découverte a été rendue publique en 1999 dans un article de L’Express où Lepekhine et Pierre-André Taguieff (historien des idées et spécialiste français des Protocoles) font une mise au point sur la genèse du faux document avec le journaliste Éric Conan. Le bédéiste Will Eisner a été l’un des premiers à diffuser l’identité du faussaire, alors que Lepekhine, étant avant tout historien de la littérature, est resté discret sur ses recherches.

Toujours pour la version officielle hein… Parce qu’il a fallu attendre 1999, alors que pendant 100 ans personne ne l’avait vu !! Et vous allez voir qu’il y a eu des recherches bien avant.

De Napoléon III au Tsar Nicolas II, de Hitler à Henry Ford, le lecteur ne perd jamais de vue son sujet et passe d’un pays à l’autre de manière très fluide. Seul le passage qui met en parallèle le texte de Joly et le texte des Protocoles accroche demande une attention conséquente, mais le fait que ces écrits soient repris mots pour mots permet à chacun de mesurer la troublante ressemblance entre ces textes.

J’ai envie de dire, quoi de plus normal, quand un dénominateur commun s’y trouve ! l’histoire se répète et chacun se copie, mais les sentiments de contrôle et  de domination dépassent tous les âges.

Pourtant l’histoire est bien plus complexe qu’une histoire de plagiat d’un résistant français, et d’une copie Russe.

« Qu’est-ce que gouverner le monde… sinon faire croire à des imbéciles qu’ils pensent d’eux-mêmes, ce que nous leur faisons penser ». « Jean Anouilh »

 

« Je regarde vraiment avec commisération la grande masse de mes concitoyens qui, lisant les journaux, vivent et meurent dans la croyance qu’ils ont su quelque chose de ce qui s’est passé dans le monde à leur époque. »  « Thomas Jefferson »

Arthur Trebitsch était un écrivain et théoricien racial autrichien, connu pour avoir été un antisémite d’origine juive. Il proposa ses services aux nazis nouvellement organisés pour la rédaction de leurs ouvrages antisémites

« L’intérêt de l’authenticité ou non de ce texte est à notre avis secondaire. Si l’on tend à le rendre « apocryphe », c’est selon nous pour le vider de sa substance subversive et délétère, néanmoins le texte reste, et il n’y a pas de doute, toutes ces sentences sont d’une incroyable actualité…»

Hugo Wast fut l’un des romanciers les plus lus de son époque ; au moment de sa mort en 1962, trois millions d’exemplaires de ses livres avaient été vendus. Né à Córdoba sous le nom de Gustavo Adolfo Martínez Zuviría

Hugo Wast pouvait fort justement écrire : « Les Protocoles peuvent être faux, mais ils se réalisent merveilleusement ».

L'histoire secrète des protocoles secrets

Les Protocoles disent clairement que l’antisémitisme, signifiant « antijudaïsme », est une partie indispensable du plan de domination mondiale. Il sera utilisé pour « la bonne gérance de nos frères inférieurs ».

Une noria de conjectures se bouscule sur leur création. De nombreux auteurs ont parfois brûlé, mais peu se sont aventurés dans le monde interlope des sociétés secrètes et autres services secrets qui leur auraient permis de découvrir à quelle source empoisonnée s’abreuvent ces sulfureux Protocoles.

Pour une réfugiée russe, Mme Paquita de Shichmareff, alias Mrs Leslie Fry, membre de l’équipe d’Henry Ford, le Juif, notre maître, Éd. R.I.S.S.(1931):

« Les Protocoles seraient nés dans les quartiers israélites des “B’naï Mosheh” (Fils de Moïse) d’Odessa, en Crimée, et centre d’un important foyer juif,vers 1890, puis traduits de l’hébreu en français, et envoyés à l’Alliance Israélite Universelle de Paris. Ceux-ci rédigés, ils auraient pu être apportés au congrès sioniste de Bâle par Asher Ginzberg. »

Ahad Ha’am ou Asher Hirsch Ginsberg (né le 18 août 1856 à Skvyra et mort le 2 janvier 1927 à Tel Aviv-Jaffa) est un penseur nationaliste juif et leader des Amants de Sion.  Il fonde alors les Bnéï-Moshé.

Son rôle était de préparer la nouvelle génération du peuple juif à remplir les fonctions de dirigeants nationaux.

C’est Ahad HaAm qui, le premier, émet l’idée d’un groupe de personnes choisies, prêtes à se vouer à la cause de la réalisation et du réveil national et spirituel du peuple d’Israël. Les Bnéï-Moshé, par leur organisation interne et la façon dont ils choisissent et introduisent leurs futurs membres, ont une certaine similitude avec la Franc-maçonnerie.

L’entrée officielle d’un membre au sein des Bneï-Moshé consiste en une cérémonie « secrète », durant laquelle le reçu prête allégeance aux lois fixées par l’ordre, dont l’existence ne doit pas être révélée. Les membres de Bneï-Moshé s’expriment en hébreu. Le sommet hiérarchique de l’ordre est composé de 5 membres dépendant d’un président et de plusieurs conseillers. Le bureau central des Bnéï-Moshé siège à ses débuts à Odessa en Russie, puis est transféré à Varsovie et en 1893 s’installe à Jaffa. Ahad HaAm en est alors le président.

Les protocoles auraient été traduits et transmis à l’Alliance Israélite Universelle de Paris dont son fondateur fut Adolphe Crémieux, à l’origine Isaac Jacob Adolphe Crémieux, né le 30 avril 1796 à Nîmes et mort le 10 février 1880 à Paris, est un avocat et homme politique français, dignitaire de la franc-maçonnerie.

Issu d’une famille de négociants en soieries juifs installés à Nîmes, Adolphe Crémieux (1796-1880) est reçu avocat en 1817 et initié l’année suivante à la loge locale Le Bienfait anonyme, relevant du Grand Orient. Sous le règne de Louis-PhilippeIl accueille le 6 mars 1848, arborant son cordon maçonnique, une délégation du Grand Orient. Il revêt la robe, après son retrait du gouvernement, pour défendre des républicains. Sous l’Empire, il reste un homme de contacts, admiré pour l’étendue de sa culture, recevant dans son salon des opposants et des écrivains. Il est à l’origine, en 1860, de l’Alliance israélite universelle, qu’il préside en 1863. Il reprend en 1860 également, une activité maçonnique au sein du Suprême Conseil de France, dont il devient, en 1869, le souverain grand commandeur. Élu député de Paris, il fait partie, de ce fait, du gouvernement provisoire de la IIIe République. Il est chargé, comme en 1848, de la Justice. Replié à Tours, il doit assumer la direction du gouvernement avant l’arrivée de Gambetta. Connaissant bien l’Algérie, il décide de mettre fin à l’administration militaire et par le décret du 24 octobre 1870 accorde la nationalité française aux juifs algériens.

Pour Lady Queenborough de son vrai nom Edith Starr Miller : «LesProtocoles auraient été dérobés à « une loge juive » du Rite de Misraïmà Paris en1884. » 

Elle est  connue pour sa publication posthume « Occult theocracy », un ouvrage  décrivant un vaste complot jésuite-judaïque-maçonnique-gnostique-brahmanique-illuminati pour renverser le christianisme. Dans ce livre, Miller et Fry développent la thèse du judéo-bolchévisme et d’une responsabilité de la communauté juive dans la Première Guerre mondiale. Elles adhèrent également à la thèse judéo-maçonnique.

« Les protocoles » rédigé en français, aurait été confié une nuit dans une petite ville allemande à un agent du gouvernement russe, par le messager juif chargé de le porter après le congrès de Bâle à la loge juive de Francfort:  » À l’aube qui se lève « . La loge juive ou plutôt frankiste fut fondée le 16 août 1807, sous le nom de «l’Aurore Naissante», assurant une liaison avec le Grand Orient de France.

(LOGE L’AURORE NAISSANTE à FRANCFORT)
 
Les historiens Jacob Katz et Paul Arnsberg ont montré qu’elle réunissait en son sein pratiquement toutes les grandes familles de la vieille communauté juive de Francfort : les Hanau, les Goldschmidt, les Rothschild.
 

Célèbre loge juive créée à Francfort en 1807, alors que la ville était devenue assujettie à l’Empire napoléonien. L’Aurore Naissante (en allemand : « Zur aufgehenden Morgenröte ») est aussitôt reconnue en juin 1807 par le Grand Orient de France grâce à l’entregent du F.: Max Cerfbeer. Elle eut comme premier Vénérable, un collaborateur des Rothschild, le F.: Siegmund Geisenheimer. Les historiens Jacob Katz et Paul Arnsberg ont montré qu’elle réunissait en son sein pratiquement toutes les grandes familles de la vieille communauté juive de Francfort : les Hanau, les Goldschmidt, les Rothschild, etc. Ainsi la création de Morgenröte est-elle étroitement liée au combat des Juifs de Francfort pour obtenir leur émancipation civique. Des deux délégués que la communauté juive envoie à l’Assemblée des Notables et au Sanhédrin convoqués par Napoléon, l’un est fondateur et orateur de la loge : Isaac Hildesheim. Elle a pour membre le professeur de philosophie et cabaliste chrétien Franz Joseph Molitor (qui dirigea la loge à partir de 1812), et comprend plus tard l’écrivain Ludwig Baruch (Börne), affilié en 1809. Toutefois les autres loges de Francfort refusèrent toujours aux frères de Morgenröthe le droit de visite. Après la défaite de Napoléon en 1813, ces derniers, isolés, cherchèrent une reconnaissance et reçurent en 1815 (grâce à F.J. Molitor) un brevet du Grand Maître du système Rectifié chrétien, le prince Charles de Hesse-Cassel, sans doute sur un malentendu, car ce dernier retira sa patente en 1816 quand la loge proposa au Dr. Goldschmidt d’en être le Venérable. Le destinataire du présent diplôme d’honneur, comme Maître, le F.: Desquiron Procureur impérial, substitut à Mayence, est resté célèbre pour son activisme philosémite, et la publication à Mayence en 1808 de son Commentaire sur le décret impérial du 17 mars 1808, concernant les droits et devoirs des juifs, précédé d’une notice historique sur l’existence de la nation juive… J. Katz juifs et francs-maçons en Europe « Depuis 1812 la loge était dirigée par Fr. J. Molitor, ami intime d’Ephraïm Hirschfled, lequel était toujours en relation avec Carl von Hessen… Hirschfeld organisa une rencontre et Molitor partit au Schleswig … dans le but d’obtenir une nouvelle constitution… (et ensuite) Hirschfeld fit une tentative pour introduire les rites de l’ordre Asiatique dans la loge de Francfort.

Exacte traduction en français, d’une société rosicrucienne anglaise, , au nom de Golden Dawn, issue d’une fraternité hermétique rosicrucienne d’origine allemande, « la Rose-Croix d’Or ». Cette dernière serait, dit-on, l’inspiratrice des rites de Memphis-Misraïm et du très mystérieux Prieuré de Sion de Pierre Plantard de Saint-Clair !

« L’Ordre Hermétique de L’Aube Dorée » est sans nul doute l’ordre magique le plus célèbre du XXème siècle. Il a exercé une immense influence sur le développement de l’occultisme pratique dans tous les pays anglo-saxons et contribué à une véritable renaissance de la magie cérémonielle. Cet ordre prestigieux a été fondé en 1888 par trois franc-maçons éminents : Westcott, Mathers et Woodman, sur la base de mystérieux manuscrits rosicruciens codés.

Golden Dawn (Aube dorée) : ce nom ne serait qu’un signe ésotérique de plus si on ne soupçonnait pas certains initiés de cet ordre hermétique d’avoir eu des contacts avec les initiés des sociétés secrètes qui préparèrent l’Allemagne au national-socialisme.

Qu’y avait-il donc derrière cet enseignement ?

Golden Dawn a recruté des d’écrivains : Arthur Machen, l’auteur du Grand Dieu Pan, Bulwer-Lytton, qui a écrit les derniers jours de Pompéi, Algernon Blackwood, le célèbre écrivain fantastique, Bram Stoker, le père de Dracula, Sax Rohmer, avec sa série de Fu-Manchu, Yeats lui-même qui devait recevoir le prix Nobel de littérature, ont été membres de cette étrange société secrète…

La Golden Dawn a également compté en son sein Florence Farr, la fameuse directrice de théâtre , plusieurs académiciens et des scientifiques de renom. Bref, plusieurs dizaines d’esprits de qualité. De l’aveu même de tout ceux qui ont eu l’occasion de parler de leur initiation à la Golden Dawn, leur vue du monde a été changés après leur passage dans cet Ordre.

Arthur Machen écrivit, dans une lettre à l’écrivain Paul-Jean Toulet :

« Quand j’écrivis Pan et La Poudre Blanche, je ne croyais pas que d’aussi étranges événements fussent arrivé dans la vie réelle, ou même aient jamais été susceptibles de se produire. Mais depuis, et tout récemment, il s’est produit dans ma propre existence des expériences qui ont tout à fait changé mon point de vue à ce sujet. Je suis désormais convaincu qu’il n’y a rien d’impossible sur la Terre. Je crois que nous vivons dans un monde de grands mystères, de choses insoupçonnées et réellement stupéfiantes. »

On pourrait trouver d’autres coïncidence pour le moins troublantes : la fondation dans le Berlin pré nazi, d’une société secrète à l’étude d’un livre de Bulwer-Lytton, La race qui nous supplantera ; l’appartenance des premiers membres du Parti national-socialisme à des sociétés comme Thulé ou la Société du Vrill, fondée par d’anciens rose-croix, le mythe du « Grand Supérieur inconnu » commun aux mystiques de la S.S. et aux initiés de la Golden Dawn…

Quel savoir « interdit » au reste des mortels a bien pu passer entre occultistes britanniques et futurs nationnaux-socialistes ? Quelles idées étranges, dont peut-être, les théories d’Horbiger, le « mage » de Hitler, qui croyait que la Terre était creuse ?

A défaut de réponses précises, on doit se contenter d’hypothèses. Il y a trop de coïncidence pour qu’il n’y ait rien. Une chose certaine pourtant : le fantastique inquiétant des écrivains de la Golden Dawn est porteur de trop de vérités essentielles pour n’avoir pas été « inspiré ». Et pour ne pas avoir, en retour, « inspiré » des pratiques plus inquiétantes encore !

Petit rappel : toutes les loges se fondent sur les croyances égyptiennes ! Les rites de Memphis-Misraïm

La magie Hermétique :

C’est en Égypte que la magie se complète comme science universelle et se formule en dogme parfait. Moïse en fit le grand secret de sa kabbale.

Quant aux prérogatives de l’Initié, en voici une énumérée dans un vieux manuscrit hébreu du XVIe siècle.

– Avoir le secret des richesses, en être le maître toujours, et jamais l’esclave. Savoir jouir même de la pauvreté, et ne tomber jamais ni dans l’abjection ni dans la misère.

Francfort , aujourd’hui grande place financière et siège de la très puissante banque d’Allemagne et… européenne,  banque juive Goldman Sachs, membre de la loge de Francfort «l’Anneau»), abrita un important foyer juif frankiste, centre du judaïsme européen de l’Empire, tels les Rothschild, Oppenheimer, lesquels ont eu pour patriarche un membre de «l’ Ordre des Frères Initiés de l’Asie », Foule, Stern, Kulp, Homberg, et Jacob Schiff, principal dirigeant de la banque Kuhn, Loeb & Cie, lequel finança le révolutionnaire d’origine juive, Trotsky (né Bronstein) par l’intermédiaire de la Nya Bank de Stockholm (siège d’une succursale de l’ordre du Dragon Vert) dont l’un des directeurs ne fut qu’autre qu’un juif suédois, Olaf Aschberg.

Francfort fut aussi au XVIIIe siècle un centre important des Illuminés de Bavière d’Adam Weishaupt, D’ailleurs, selon l’une de ses épigones, l’historienne anglaise, spécialiste de la Révolution française, Nesta Webster (1876-1960), World Révolution :The plot against civilisation (1921), « L’Illuminisme » de Weishaupt est présenté comme l’une des sources des doctrines et des méthodes exposées dans les Protocoles.

Selon William Guy Carr, Des Pions sur l’Échiquier – en 1773 se tint toujours à Francfort, à la Boutique d’Orfèvrerie, une conférence secrète regroupant tous les plus grands banquiers mondiaux, au nombre de douze,sous les auspices de Mayer Amschel Bauer. De cette parodie de la Table Ronde, sortira un programme de domination mondiale voisin de celui contenu dans les Protocoles.

Dietrich Eckart, animateur de la Société Thulé, s’en fera dès 1919 le zélé propagateur dans son journal « Auf Gute Deutsch ». « Le IIIe Reich va assurer la publicité définitive de notre torpille ». Alfred Rosenberg,l’idéologue fumeux du parti, écrira en 1923 un ouvrage qui leur sera entièrement consacré. Dans les années 1920, d’autres traductions suivront. En Amérique du Nord,notamment, sous l’égide d’Henry Ford, le célèbre constructeur d’automobiles. L’un de ses conseillers occultes n’était autre qu’Orlov, maçon d’obédience frankiste, ex-chef de l’Okhrana; puis en Angleterre,rapportées par le correspondant du Morning Post à Moscou, Victor E.Marsden (1866-1920), sous le nom de: « The Jewish Péril, « Protocols oflearned Elders of Zionײ».

Le frankisme était un mouvement religieux juif sabbatéen des XVIIIe et XIXe siècles, centré sur la direction du prétendant juif au Messie Jacob Frank, qui vécut de 1726 à 1791. Frank rejeta les normes religieuses et déclara que ses disciples étaient obligés de transgresser autant de frontières morales que possible.

Nilus le premier à avoir édité les protcoles travaillait justement à la rédaction de l’Antéchrist qui approche. Ce livre traitait justement de l’action dissolvante des puissances secrètes internationales. Son livre paraîtra sous le nom Le Grand dans le Petit et l’Antéchrist une possibilité politique prochaine. Les Protocoles y furent adjoints dans la seconde édition de 1905.

L’on est bien loin d’un plagiat de faussaire Russe qui aurait tout compris par miracle ! Vous ne pouvez pas imaginer avec mes recherches, le nombre de sociétés secrètes que tout ça renvoie.

Nilus, lorsqu’on l’interrogeait, prétendait que le texte lui avait été remis parAlexis N. Soukhotine, « Maréchal de la Noblesse » de Tchern (gouvernement de Toula), qui se l’aurait vu remettre par Mlle Juliana Dimitrievna Glinka (1844-1918), fille d’un diplomate russe, espionne à Paris pour le compte du général Orgevskii, disciple de la théosophiste Helena Blavastsky, amie intime de Juliette Adam (1836-1936), directrice de la Nouvelle Revue. Justine Glinka prétendait les avoir reçus contre la somme de 2 500 frs d’un certain franc-maçon juif, Joseph Schorst, alias Schapiro, membre d’une loge de Misraïm de Paris  qui sera finalement assassiné en Égypte.

C’est Salomon Reinach, conservateur en chef du musée des Antiquitésnationales de Saint-Germain-en-Laye et vice-président de l’AllianceIsraélite Universelle (A.I.U.), qui le premier dans l’Opinion du 20/06/1920 déclara que les Protocoles avaient été purement et simplement inventés. Il fallut douze ans pour que la communauté juive essayât de discréditer l’œuvre à travers un tribunal de justice. L’intention de la communauté juive internationale étant de se disculper de son implication sinistre dans la gouvernance du monde.

Non, les Ovnis n’existent pas.

 

Non, les Ovnis n'existent pas :

Pour bien comprendre, repartons dés le début de toute l’histoire, et voyons la supercherie du secret et des vols commis à un homme complétement oublié de l’histoire !

Parce qu’il a terminé sa vie ruiné et seul dans une misérable chambre d’hôtel new-yorkaise, Nikola Tesla a été négligé par l’histoire et est resté dans l’ombre de son principal concurrent, Thomas Edison qui, lui a volé ses brevets .

Le Brevet d'une soucoupe volante de Nikola Tesla vieux de plus de 100 ans !

Nikola Tesla est considéré par de nombreux scientifiques, historiens et les gens en général comme l’un des hommes les plus novateurs de l’histoire. Une grande partie de la technologie que nous avons aujourd’hui est due en grande partie aux découvertes et le travail acharné de Tesla.

Il ya plus d’un siècle, dans les années 1910, Tesla a déposé un brevet pour une invention qu’il appelle «la première soucoupe volante dans le monde.»

La zone 51 du IIIe Reich

En date du 14 décembre 1944 (six mois avant la fin de la Guerre) le très sérieux et important quotidien US, le “New-York Time”, publiait pour la première fois, depuis les premières observations dans le monde, de “soucoupes volantes”un article étonnant: ” Les ’soucoupes volantes’ sont des armes secrètes. Une nouvelle arme allemande a fait son apparition sur le front occidental.

Les grandes firmes militaires allemandes ont produit de nombreux appareils de combat au cours de la Seconde Guerre mondiale, que ce soit pour la Wehrmacht ou la Luftwaffe, parmi lesquels nous pouvons citer le redoutable char Tigre ou encore le célèbre chasseur, et non moins performant, Messerschmitt Me 262. Néanmoins, la production des usines allemandes ne s’est pas résumée à la fabrication d’armes conventionnelles puisqu’elles ont conçu une quantité d’armes secrètes, dont les plus notoires sont les missiles balistiques Vergeltungswaffen capables d’atteindre des cibles situées à une distance de plus de 300 kilomètres – pour le V2 notamment.

 

En réalité, les travaux des scientifiques nazis ne se sont pas cantonnés à ces fusées puisque, dès 1933, le nouveau gouvernement nazi place ces travaux de recherche sous la supervision directe du SS Himmler au sein d’une unité spéciale appelée « Bureau SS-E-IV ». Cette cellule secrète dispose d’une organisation bien spécifique et se démarque des autres organismes de recherche.

L’avènement des nazis au pouvoir va impulser une nouvelle dynamique avec le recrutement de physiciens, et notamment du docteur Victor Schauberger, qui, à la suite d’un entretien avec Adolf Hitler en 1934, va se voir confier un groupe de travail destiné à poursuivre les recherches sur la force anti-gravitationnelle. L’un des projets qui retient l’attention est le Vril Glocke Projekt. Ce projet, comme la majorité des programmes secrets, est implanté dans les régions montagneuses de basse Silésie et en Tchécoslovaquie. Die Glocke – la cloche – est censée fournir une source d’énergie et une capacité anti-gravitationnelle suffisamment puissante pour permettre d’arriver à un vol stationnaire.

 

C’est ainsi que divers prototypes de forme ovoïde voient le jour. Les projets de soucoupes de type RFZ, Haunebu et Vril se multiplient et donnent lieu à la conception de plusieurs séries de prototypes comme le RFZ 6, plus connu sous le nom de V-7. Cet appareil d’une hauteur de 3 m 20 et d’un diamètre de 14 m 40 est inventé par Richard Miethe, qui décide de fuir l’Allemagne pour les États-Unis en 1945. Ce n’est qu’en 1953 que le savant nazi livre publiquement le fruit de ses travaux dans les colonnes du quotidien allemand Die Welt: « Si des disques volants évoluent dans le ciel, j’ai la prétention de dire qu’ils ont été construits en Allemagne, mis au point sous mes ordres et probablement reproduits en série par les Russes ou les Américains. »

 

De Tesla à Htler « La connexion Rockefeller »

Les dossiers indiquent que 17 Battery Place est l’édifice Whitehall et était la propriété de Frank Rockefeller, qui, avec ses frères William et John D., était également propriétaire de plusieurs des entreprises ayant des bureaux à cet endroit. L’International Longshoremen’s Association (ILA) y avait son siège social mondial, ainsi que diverses sociétés pétrolières, minières et chimiques. Bien que Union Sulphur Company fût dirigée par son président, Herman Frasch, un chimiste allemand qui a breveté des méthodes d’extraction du soufre et du pétrole, Frasch travailla également pour John D. Rockefeller’s Standard Oil Company (à New York, New York, New Jersey, et Cleveland, Ohio), développant des méthodes d’extraction similaires.

Sur la base de cette association, George Scherff, père, avait des liens avec la famille Rockefeller, bien qu’il ne soit pas clair si Tesla était au courant de ce lien.

Frank Rockefeller a également investi dans Buckeye Steel Castings à Columbus, en Ohio. Buckeye fabrique des attelages automatiques et des châssis pour les wagons de chemin de fer appartenant aux Harrimans, aux Rockefellers et à J. P. Morgan. Finalement, Samuel P. Bush a été promu de directeur général à président de la compagnie après avoir produit des profits gigantesques.

L’association de Samuel P. Bush avec les Rockefellers et son poste subséquent de directeur du War Industries Board lui a permis de conclure des contrats avec Remington Arms pendant la guerre, gracieuseté de Percy Rockefeller.

L’assistant de confiance de Nikola Tesla (parfois appelé “comptable” ou “secrétaire”) George Scherff, père, travaillait à la Union Sulphur Company. Normalement, cette association ne déclencherait pas d’alarmes, compte tenu de l’état des affaires de Tesla. Scherff avait tout à fait le droit de gagner sa vie pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais un examen attentif d’Union Sulphur Co. pourrait révéler que quelqu’un a été trompé – Tesla, et Scherff était à la racine de cette tromperie.

Qui était George Scherff?

Qui était George Scherff? Mieux encore, qui était George H. Scherff, Sr.?  George Scherff était l’assistant de Nikola Tesla.

Né en Allemagne, son lieu de naissance pourrait-il nous éclairer sur ce mystère? Probablement (il est devenu évident que les individus associés au parti nazi ont généralement la totalité ou une partie de leurs archives généalogiques effacées.

Otto Skorzeny: Maître espion et assassin S. S. /ODESSA/CIA

Des amis et des connaissances de Nikola Tesla se souviennent qu’il se plaignait du fils de Scherff, George Jr. À plus d’une occasion (probablement à la fin des années 1930), Tesla a surpris le jeune Scherff, âgé de 14 ans, en train de regarder ses notes, de feuilleter ses livres et de voler de petits objets dans son laboratoire. Selon Skorzeny, (ancien garde du corps d’Adolph Hitler) dans une confession d’un lit de mort à Eric “Orion” (Eric Berman) à S. Miami, Floride, Tesla,”haïssait le jeune Scherff.” En fait, selon Skorzeny,” il était le plus jeune Scherff “.

Bref, Otto Skorzeny a affirmé que la véritable identité de George H. W. Bush était “George H. Scherff, fils de l’immigré clandestin de Nikola Tesla, comptable d’origine allemande, George H. Scherff, père”.

La traduction suivante du nom de famille “Scherf” éclaire le sens occulte (caché) du nom.

Les citations suivantes sont extraites directement du site web http://scherf.com/club.htm :

SCHERF: Allemand et Juif (ashkénaze); Allemand moyen-haut. Nom d’habitation de la Rhénanie du nom de Scherf ou de Scherfede près de Warburg. (Note: Le mot “ashkénaze” est dérivé du mot hébreu pour l’Allemagne. Les juifs ashkénazes sont les juifs de France, d’Allemagne et d’Europe de l’Est.)”.

[note stopmensonges.com : Les ashkénazes représentent plus de 90% des citoyens Israeliens actuels, lesquels n’ont aucun lien génétique avec les anciens habitants (vrais Juifs) des terres volées de la Palestine]

 

Une histoire passionnante se cache derrière Tesla, mais cela n’est pas le sujet …

Vers la fin de décembre 1942, Tesla a commencé à rencontrer deux agents du gouvernement américain afin de partager certaines de ses découvertes les plus sensibles. Ces hommes ont emporté beaucoup de ses documents pour le microfilmage.”

Le 4 janvier 1943, le fidèle assistant de Tesla, George Scherff, rendit visite à Tesla pour la dernière fois, Tesla fut retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel le matin du 8 janvier. 1943. Il était mort entre ces quatre jours depuis la visite de Scherff.”

Von Braun, l'ex-nazi devenu américain : du V2 au programme Apollo

Le président Kennedy célèbre le premier pas sur la lune, en compagnie de l'ex-Nazi Wernher von Braun.

En 1960, l’équipe est transférée dans les bâtiments de la toute jeune Nasa. Les «prisonniers de paix» participent aux premiers programmes américains de vols habités Mercury et Gemini et commence à fabriquer les fusées Saturn, dont l’énorme Saturn V du programme Apollo (3.000 tonnes), qui prendra part à la conquête de la Lune.

Northrop TR-3 Black Manta

Le Northrop TR-3 Black Manta est réputé être un avion espion secret de l’United States Air Force qui aurait été conçu dans les années 1980. Il ferait partie des « black programs », mais son existence est officiellement niée !

Le chasseur furtif (invisible au radar) F-117A Nighthawk était en service depuis près de dix ans avant que le public n’en soit informé. En 1994, beaucoup de gens ont vu un étrange OVNI stationner au-dessus de Phoenix en Arizona (USA), de Gulf Breeze en Floride (USA) et surtout en Belgique… L’OVNI était parfaitement silencieux et émettait trois lumières vives en triangle et une au centre. En réalité, cet OVNI n’était pas du tout extraterrestre mais bien un OVNI construit par les humains. Déjà en 1943, en Allemagne, Richard Miethe avait construit une soucoupe volante tout à fait terrestre. Depuis 1994, l’OVNI triangulaire a suscité bien des questions. On a vite découvert qu’il s’agissait d’un avion secret de l’armée américaine, le TR-3B en service depuis 1994. Une plate-forme militaire à structure triangulaire défiant la gravité.

William R. Lyne écrit dans Occult Ether Physics qu’une conférence que Tesla avait préparée pour l’Institut du bien-être des immigrants (12 mai 1938) traitait de sa théorie de la gravité dynamique. Tesla a dit dans sa conférence que c’était:
« Une des deux découvertes de grande envergure, que j’ai élaborée dans les moindres détails dans les années 1893 et ​​1894. »
Au cours de ses recherches sur les déclarations de Tesla, Lyne a découvert que des déclarations plus complètes concernant ces découvertes ne pouvaient être extraites que de sources éparses et éparses, car les papiers de Tesla sont dissimulés dans les coffres du gouvernement pour des raisons de sécurité nationale.

Des officiers de haut rang détaillent l’étonnant cover-up du gouvernement effectué par le comité MJ-12, et révèlent pour la première fois des informations ultra top-secret au sujet de la technologie  des réverseurs.

Au centre du triangle il y aurait un habitacle circulaire pour l’équipage. Et tout autour un accélérateur de particules à plasma : le MFD, (Magnetic Field Disrupter). Ce système serait en avance sur toutes les technologies connues sur Terre, il annulerait les effets de la gravitation et pourrait voler à Mach 9 .

Selon Edgar Fouché, qui a travaillé pendant 25 ans dans la zone 51, tous les ovnis triangulaires seraient d’origine terrestre. Les ovnis vus au dessus de la Belgique en 1990 seraient bien cet avion secret américain, suite à un accord ultra-secret entre la Belgique et les Etats-unis.

La gamme des ‘triangles’ :

Première apparition : 1985

Baptisés TR3B ‘Astra’ dans la littérature ufologique, leur appellation est en réalité Xovisi.

Le MICSSP en possède six : trois de deux modèles distincts. Le premier modèle de type 1 est responsable de la vague d’observations d’ovnis dans le ciel de Belgique entre 1988 et 1990. Il fit des tests de calibrages et testa ses capacités de manœuvres en provoquant les défenses de l’OTAN.

Le premier modèle Xov 1 vola pour la première fois en 1985.
Le deuxième modèle Xov 2 vola pour la première fois en 1986.

Ceux-ci sont propulsés à l’aide de 7 moteurs magnéto-plasmiques de type Vasimir (poussée dans le vide de 11 896 kg et de 7365 kg à la pression atmosphérique).

Chaque modèle coûta environ 3 milliards 800 millions de dollars (pour le premier modèle) et environ 4 milliards 300 millions de dollars (pour le deuxième modèle).

En tout cette gamme coûta environ 24 milliards 300 millions $

La gamme des ‘Xcrafts’ :

 

Début de construction : 2015

Premier vol : le 8 janvier 2016

Baptisé ‘X’ à cause de sa forme.
Son appellation est en réalité Tixitopi (le « GEORGES C. MARSHALL »)

Le MICSSP en possède un seul opérationnel. Il s’agit d’un modèle cargo. Un deuxième est en cours de construction.

Son système de propulsion repose sur 5 MFD (‘Mass Field Disruptor’) qui lui assure son antigravité, et 37 moteurs magnéto-plasmiques de type Vasimir (poussée de 13340 kg dans le vide et de 8674 kg à la pression atmosphérique).

Ce modèle, de loin le plus cher, coûta environ 7 milliards 700 millions de dollars.

Citations de voltaire sur les juifs.

 

Citations de voltaire sur les juifs :

« Il n’est pas bien étonnant que les peuples voisins se réunissent contre les Juifs, qui, dans l’esprit des peuples aveuglés, ne pouvaient passer que pour des brigands exécrables, et non pour les instruments sacrés de la vengeance divine et du futur salut du genre humain. […]

Ainsi les Juifs furent presque toujours subjugués ou esclaves. […]

Il y eut, du temps de Trajan, un tremblement de terre qui engloutit les plus belles villes de la Syrie. Les Juifs crurent que c’était le signal de la colère de Dieu contre les Romains. Ils se rassemblèrent, ils s’armèrent en Afrique et en Chypre : une telle fureur les anima qu’ils dévorèrent les membres des Romains égorgés par eux ; mais bientôt tous les coupables moururent dans les supplices. Ce qui restait fut animé de la même rage sous Adrien, quand Barchochébas, se disant leur messie, se mit à leur tête. Ce fanatisme fut étouffé dans des torrents de sang.

Il est étonnant qu’il reste encore des Juifs. […] Jamais les Juifs n’eurent aucun pays en propre, depuis Vespasien, excepté quelques bourgades dans les déserts de l’Arabie Heureuse, vers la mer Rouge. Mahomet fut d’abord obligé de les ménager ; mais à la fin il détruisit la petite domination qu’ils avaient établie au nord de la Mecque. C’est depuis Mahomet qu’ils ont cessé réellement de composer un corps de peuple.

En suivant simplement le fil historique de la petite nation juive, on voit qu’elle ne pouvait avoir une autre fin. Elle se vante elle-même d’être sortie d’Égypte comme une horde de voleurs, emportant tout ce qu’elle avait emprunté des Égyptiens : elle fait gloire de n’avoir jamais épargné ni la vieillesse, ni le sexe, ni l’enfance, dans les villages et dans les bourgs dont elle a pu s’emparer. Elle ose étaler une haine irréconciliable contre toutes les nations ; elle se révolte contre tous ses maîtres. Toujours superstitieuse, toujours avide du bien d’autrui, toujours barbare, rampante dans le malheur, et insolente dans la prospérité. Voilà ce que furent les Juifs aux yeux des Grecs et des Romains qui purent lire leurs livres ; mais, aux yeux des chrétiens éclairés par la foi, ils ont été nos précurseurs, ils nous ont préparé la voie, ils ont été les hérauts de la Providence. »

[…] si Dieu avait exaucé toutes les prières de son peuple, il ne serait resté que des Juifs sur la terre, car ils détestaient toutes les nations, ils en étaient détestés ; et, en demandant sans cesse que Dieu exterminât tous ceux qu’ils haïssaient, ils semblaient demander la ruine de la terre entière. »

 

Ci-dessus – Voltaire, « Essai sur les mœurs et l’esprit des nations » (1756), dans Œuvres complètes de Voltaire, éd. Garnier, 1878, p. 117-129

suite

« […] pourquoi les Juifs n’auraient-ils pas été anthropophages ? C’eût été la seule chose qui eût manqué au peuple de Dieu pour être le plus abominable peuple de la terre. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Anthropophages, p. 68


« Leur profession fut le brigandage et le courtage ; ils ne furent écrivains que par hasard. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Job, p. 336


« Nous avons les Juifs en horreur, et nous voulons que tout ce qui a été écrit par eux et recueilli par nous porte l’empreinte de la Divinité. Il n’y a jamais eu de contradiction si palpable. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Salomon, p. 474

« […] il est évident que tous les royaumes de l’Asie étaient très florissants avant que la horde vagabonde des Arabes appelés Juifs possédât un petit coin de terre en propre, avant qu’elle eût une ville, des lois, et une religion fixe. Lors donc qu’on voit un ancien rite, une ancienne opinion établie en Égypte ou en Asie, et chez les Juifs, il est bien naturel de penser que le petit peuple nouveau, ignorant, grossier, toujours privé des arts, a copié, comme il a pu, la nation antique, florissante et industrieuse. »

 

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Abraham, p. 44


« Le peuple juif était, je l’avoue, un peuple bien barbare. Il égorgeait sans pitié tous les habitants d’un malheureux petit pays sur lequel il n’avait pas plus de droit qu’il n’en a sur Paris et sur Londres. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Tolérance, p. 494


« S’il était permis de raisonner conséquemment en fait de religion, il est clair que nous devrions tous nous faire juifs, puisque Jésus-Christ notre sauveur est né juif, a vécu juif, est mort juif, et qu’il a dit expressément qu’il accomplissait, qu’il remplissait la religion juive. Mais il est plus clair encore que nous devons nous tolérer mutuellement, parce que nous sommes tous faibles, inconséquents, sujets à la mutabilité, à l’erreur. »

— Voltaire, Dictionnaire philosophique (1764), éd. Gallimard, coll. « Folio », 2002 (ISBN 9782070386284), Tolérance, p. 499-500

Ci-dessus — Voltaire, « Discours en vers sur l’homme » (1734)

suite

« Si l’homme est créé libre, il doit se gouverner ;
Si l’homme a des tyrans, il les doit détrôner. »

— Voltaire, « Discours en vers sur l’homme » (1734), dans Œuvres complètes de M. de Voltaire, éd. Thourneisen, 1791, t. 14, troisième discours (« De l’envie »), p. 23