La signification du bracelet rouge dans la religion juive « Kabbale »

 

La signification du bracelet rouge dans la religion juive "Kabbale"

Rendus célèbres par des célébrités comme Madonna, ce porte-bonheur fait aujourd’hui partie de la tradition populaire.

Questions sur la signification du fil rouge

  • Question : La dernière fois que je suis allé en Israël, je me suis rendu au Mur occidental. Là, il y avait toutes des vieilles femmes qui vendaient des fils rouges. Qu’est-ce que c’est, à quoi ça sert, et est-ce que je devrais en acheter un?
  • Réponse : Sachez que cela fait partie intégrante de la visite de la Terre Sainte de nos jours.

L’origine du fil rouge kabbalistique

L’origine de cette pratique est quelque peu obscure. Le rabbin hassidique connu sous le nom de Be’er Moshe (1890-1971), ou Rav Debreczyner, a écrit que, dans son enfance, il a vu des personnes pieuses porter des fils rouges, mais il n’a jamais pu trouver de sources écrites expliquant pourquoi elles agissaient ainsi.

Certains chercheurs voient une référence à cette pratique dans la Tosefta (Shabbat 7). Parmi une liste de pratiques superstitieuses, on trouve une mention ambiguë de la coutume consistant à attacher une ficelle rouge ou à attacher une ficelle autour de quelque chose de rouge. Ce chapitre de la Tosefta traite des pratiques qui sont interdites parce qu’elles sont darkhei Emori, ce qui signifie littéralement « les pratiques des Emorites » (un peuple ancien), mais il fait plus largement référence aux coutumes associées à cette nation idolâtre.


En fait, il est probable que le bracelet fil rouge ne soit pas réservé à coutume juive. Dans un essai intitulé « The Red String : The Cultural History of a Jewish Folk Symbol », Elly Teman écrit que la pratique du port du fil rouge « a été largement documentée dans les archives historiques et ethnographiques de nombreuses cultures« . Elle cite des traditions similaires dans des pays allant de la Chine à la Grèce, en passant par la Roumanie et la République dominicaine. Dans presque toutes les cultures où l’on trouve une mention du fil rouge, on prétend qu’il protège contre le mauvais œil et la malchance.

La signification du fil rouge de nos jours

Aujourd’hui, de nombreuses personnes qui essaient de vendre des bracelets en fil rouge aux Juifs affirment qu’elles ont d’abord enroulé le fil sept fois autour de la Tombe de Rachel, à Bethléem. On dit que ces fils rouges possèdent certaines des caractéristiques de la Rachel biblique qui était connue pour être généreuse, belle et compatissante.

Aujourd’hui, en Israël, les bracelets en fils rouges sont visibles dans tous les secteurs de la société, des plus religieux aux plus laïcs. Les hommes ne se limitent plus aux bracelets, ils mettent également des fils rouges dans leur portefeuille, et les femmes enceintes ou qui essaient de l’être portent parfois des cordes rouges autour de la taille. Certaines personnes n’hésitent à faire porter un fil rouge à leur bébé, pour l’éloigner du mauvais oeil. La tendance s’est étendue à l’échelle internationale puisqu’ils sont largement portés par de nombreuses célébrités.


Il est clair que le port d’un bracelet fil rouge pour éloigner le mal n’est pas une pratique profondément ancrée dans le texte et la tradition juive, mais il semble avoir touché une corde sensible dans les cercles spirituels contemporains et a apparemment une signification pour de nombreuses personnes. Rappelez-vous simplement que, hormis les bijoux mystiques, le meilleur moyen d’empêcher les gens de vous jeter le mauvais œil est probablement d’être une personne agréable et sympathique.

Une allégeance satanique :

Le fil rouge doit être noué sept fois en répétant une prière de la Kabbale.

Comme un symbole d’embrassement de la religion, Madonna a porté le bracelet à cordon rouge dans de nombreux rassemblements et événements. Elle a même influencé d’autres célébrités à se joindre à sa nouvelle foi à cette époque, comme Britney Spears, Demi Moore et Ashton Kutcher.

Ariana Grande portait également le même bracelet rouge pour montrer sa foi kabbaliste.

Madonna, rebaptisée Esther, qui a été l’active ambassadrice du renouveau de la kabbale au XXIe siècle, allant jusqu’à financer des centres aux Etats Unis, Londres et expliquer la kabbale aux enfants dans des livres et des vidéos.

Pour le mettre, il faut procéder à un rituel traditionnel consistant à tourner sept fois le fil rouge autour du poignet gauche en récitant une prière hébraïque.

Une fois le bracelet noué, on doit le garder entre 28 jours et 7 semaines, soit une période incluant un seul cycle lunaire complet. Il est ensuite remplacé.

Ils sont adeptes de la tradition mystique juive ancestrale réservée jadis aux érudits, la kabbale, dépoussiérée et popularisée par les stars du cinéma ou de la musique !

 

De la soi-disante « Lumière », l’humanité est progressivement tombée sous le charme de la Kabbale (également appelée Kabbalah). Ce que nous avons appris à croire est le « progrès », c’est en réalité la renaissance d’un ancien culte de la fertilité païenne satanique, personnifiée par la Kabbale. Le « dieu » de la kabbale n’est pas du tout un dieu. C’est Lucifer. Les Juifs illuminati et leurs alliés maçonniques sont en train d’ériger furtivement un nouvel ordre mondial dédié à Lucifer.

Selon le talentueux chercheur David Livingstone, le plan de Lucifer aurait été formulé dans la Kabbale au VIe siècle av. JC, lorsque les Juifs furent retenus prisonniers à Babylone. Selon la Bible, cet exil était une punition pour avoir adopté le paganisme de ses voisins, les Cananéens. Ils se sont approprié l’ancien culte au dieu mourant, Lucifer. Parmi les pratiques atroces prescrites par ce culte, il y avait les rites « mystérieux » qui impliquaient la musique, la drogue, le sexe orgiaque et le sacrifice humain.

La Kabbale est basée sur d’anciennes mythologies païennes qui racontent l’histoire d’un dieu original qui a créé l’univers et d’un dieu usurpateur (Lucifer) qui le bat finalement et parvient à gouverner l’univers à sa place.

Lucifer est le descendant du père-dieu et de sa femme, la déesse. Mais le dieu-fils épouse aussi sa mère. Le dieu-fils a été identifié avec le Soleil, tandis que la déesse a été identifié avec la planète Vénus, la première étoile vue à l’aube.

Livingstone dit que c’est la base d’un culte satanique qui domine maintenant le monde. « C’est cette religion secrète que l’on qualifie d’occulte, ses défenseurs ont avancé le plan satanique pour un nouvel ordre mondial et l’élimination de l’islam ». À la lumière de ce contexte, nous pouvons comprendre à quel point les enseignements kabbalistiques sont pernicieux, par exemple, ils enseignent que Dieu n’a pas d’attributs, il est satanique, Dieu est moral, qu’il n’y a pas de différence entre le bien et le mal, le faux et le vrai, le beau et le laid. Il n’est pas surprenant que l’humanité soit en train de perdre la capacité de discerner.

Encore une fois, la Kabbale enseigne que la relation entre l’homme et Dieu est sexuelle et érotique, et que la sensualité et l’ivresse sont religieuses. L’exposition de Livingstone de la Kabbale explique pourquoi le sexe (promiscuité, pédérastie, inceste) sert à dégrader et à diaboliser l’être humain et pourquoi le modernisme est un charme Kabbalistique.

Les philosophes grecs ont été les premiers kabbalistes importants. Lorsque Cyrus le Grand libéra les Juifs de leur captivité, beaucoup de kabbalistes se répandirent dans diverses parties du monde, notamment en Grèce et en Égypte. Les philosophies dionysiaques ont été influencées par la Kabbale.

Depuis la Grèce et l’Égypte, les pratiques kabbalistiques se sont répandues dans toute l’Europe, où elles étaient connues sous le nom de sorcellerie. Mais les influences les plus importantes ont été l’humanisme de la Renaissance et la montée des Rose-Croix. Le mouvement rosicrucien a été initialement écrasé à la suite de la guerre de Trente ans, mais un certain nombre d’entre eux ont trouvé refuge en Angleterre, où ils ont fondé la franc-maçonnerie.

Avec l’avènement des illuminati, les francs-maçons sont à l’origine du grand projet des Lumières, dont l’objectif est de supplanter l’autorité chrétienne, à travers les révolutions américaine et française. Le but de ces révolutions était de créer des sociétés laïques, par lesquelles le christianisme, ou n’importe quelle religion, serait séparé de manière permanente de « l’État ».

Libérés de ces limitations, les illuminati pouvaient faire valoir leur pouvoir par le biais de la banque, car jusque-là le christianisme avait largement interdit la pratique de la banque à intérêt. L’interprétation kabbalistique de l’histoire nous porte à croire que cette évolution de la laïcité est un progrès. Nous sommes amenés à croire que la démocratie est le produit final de l’évolution humaine qui s’éloigne de la superstition religieuse. Cependant, bien que cette évolution ait été une prérogative de l’Occident, l’Orient reste bloqué dans une phase plus primitive, adhérant obstinément à l’idée de « théocratie », c’est-à-dire le monde de l’islam.

Et ainsi, pour la réalisation du progrès kabbalistique, ce dernier obstacle doit être éliminé avant l’imposition finale d’une hégémonie cachée sur l’humanité. D’où le « choc des civilisations » qui mènera à l’empire de l’Antéchrist.

Partager cette Page
  •  
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *