Derniers Articles

Une chose est sûre, c’est que le FBI a pris cette histoire au sérieux. En cliquant sur le lien du site du FBI ICI, l’on y trouve Les dossiers inclus dans le lien comprennent différentes copies du texte du « Protocole », qui affirme qu’il est « la preuve que le communisme est un complot juif visant à réduire en esclavage les non-Juifs et à se saisir du pouvoir au cours du chaos qui suivra », ainsi que des lettres écrites à l’ancien chef du FBI, J. Edgar Hoover, à son sujet.

Ces « Protocoles » sont une partie notable des procès-verbaux des vingt-quatre séances tenues au premier Congrès Sioniste à Bâle, en 1897, sous la présidence du Dr Theodor Hertzl, appelé par les Juifs « le Prince d’Exil.

 

La première partie traite du programme destructif : Excitation à la discorde au sein des partis ; Extermination de la noblesse et des grands propriétaires ; Provocation de crises économiques et de troubles parmi les ouvriers ; Action de désagrégation par la presse ; Confusion de l’opinion publique ; Dépravation de la jeunesse ; Sapement de la justice ; Lutte contre la religion.

 

La deuxième partie du programme constructif : de la constitution de l’État, de la position des représentants du peuple, de l’organisation de la presse, de la législation, de la justice, de l’instruction publique, de l’organisation de la police.

 

Et enfin la dernière, traite des impôts, de la circulation de l’argent, du budget de l’État, des emprunts publics et finalement de la position du Souverain.

 

Nilus décrit lui-même, dans L’édition de 1905, de quelle façon il était entré en possession des Protocoles :

« J’ai réussi à obtenir le manuscrit par une personne qui m’était proche et qui est décédée depuis. Il me fut remis il y a environ quatre ans, c’est-à- dire en 1901, avec la garantie qu’il s’agissait d’une copie exacte du document original, qu’une femme avait dérobé à l’un des chefs particulièrement influents de la Franc-Maçonnerie après une séance secrète des initiés en France, ce nid moderne de la conjuration maçonnique. »

 

Les Juifs nient l’authenticité de ces « Protocoles ». Il fallait s’y attendre. Mais leurs arguments ne sont pas des preuves. Les uns ont voulu faire passer Nilus pour un moine exalté et sans autorité. Or Serge Nilus était un professeur estimé qui habitait encore l’Ukraine au début de la guerre, et nous avons de ceci le témoignage de Russes actuellement à Paris, qui l’ont fréquenté dans ces dernières années. D’ailleurs nous avons dit que Nilus n’est pas l’unique traducteur des « Protocoles ».

Les journaux hongrois du mois d’août 1920 apprenaient de Maramarossziget (située dans le territoire hongrois occupé par les Roumains) que les Juifs y sont consternés. Des mains inconnues ont dérobé les archives de la Société locale israélite sur la politique mondiale. Naturellement, il s’agit d’un vol politique par lequel les auteurs ont voulu se documenter sur les intrigues internationales d’Israël. Aussi les Juifs de Maramarossziget sont-ils effrayés et ont-ils promis plus d’un demi-million de couronnes aux autorités roumaines si celles-ci réussissaient à faire restituer les lettres si compromettantes de ce ghetto.

Nous lisons aussi dans l’édition allemande : « Ce qui s’est passé depuis la publication de Nilus : la guerre mondiale et le renversement des trônes en Russie, en Autriche-Hongrie et en Allemagne ; le Chaos, but désiré des Francs-Maçons, d’où sortira la Ligue humanitaire, sous la direction judéo-maçonnique projetée depuis deux cents ans, tout cela apparaît aujourd’hui dans une clarté si terrible, qu’il n’est nullement besoin d’expliquer pourquoi nous traduisons et publions les « Protocoles » des Sages de Sion. Nous espérons que leur publication fera ouvrir les yeux sur les dangers de la Franc-Maçonnerie et de la Juiverie, et incitera à prendre les mesures définitives avant que notre patrie et la culture germanique soient complètement anéanties. »

Même en Amérique, le traducteur de Boston écrit : « Le but visé, déjà indiqué dans la traduction, est d’appeler l’attention du peuple américain sur un document qui peut jeter une lumière importante sur le mouvement bolcheviste international qui menace directement les intérêts vitaux des Etats-Unis. »

 

La première édition anglaise, qui parut à Londres sous le titre « The Jewish Peril, Protocols of the Learned Elders of Zion ». (Le péril juif, Protocoles des Sages de Sion), attira l’attention du « Times », qui prit position dans son numéro du 8 mai 1920). On peut y lire entre autres :

« Le « Times » n’a pas encore analysé ce curieux petit livre. Mais sa diffusion augmente de plus en plus, sa lecture est faite pour inquiéter ceux qui savent réfléchir. Remarquons que certains traits essentiels du prétendu programme juif offrent une analogie troublante avec les événements actuels…

Que sont donc en réalité ces Protocoles ? Sont-ils authentiques ? Et si oui : quelle Assemblée malveillante a-t-elle forgé ces plans ? S’agit-il d’un faux ?? Si oui, comment expliquer cette note prophétique et lugubre, ces prédictions qui sont, soit partiellement réalisées, soit en cours de réalisation ?… De telles questions ne peuvent être éludées par un simple haussement d’épaules…

Une enquête impartiale s’impose… Si l ’ on en juge d ’après le texte, il semble que les Protocoles aient été écrits par des Juifs et pour des Juifs. »

Voire tous les protocoles en dessous :

Partager cette Page

Laisser un commentaire