Les Rothschilds, « la source »

 

Les Rothschild, qui sont-ils ?

Dés l’époque des rois carolingiens et ottoniens, on relevè I’ existence d’un lien étroit entre les juifs d’Europe et la royauté. A coté des rois, les évêques devinrent les garants les plus importants du statut des juifs en tant que minorité protégée. Cet état de fait s’explique en partie par la fonction qui était celle des évêques dans I’ empire, et aussi par les rapports et les relations de confiance existant entre les groupes dirigeants juifs et chrétiens dans les villes de I’ empire. C’est ainsi que le judaïsme et le christianisme trouvèrent leur expression la plus vive dans les mêmes centres culturels et cultuels urbains, ce qui, chez les juifs, se traduisit notamment par la construction d’imposants bâtiments religieux aux XIIe et XIII » siècles (synagogues, miqva’ot). Le rôle primordial des villes cathédrales dans l’histoire des implantations juives a continué à se faire sentir dans I’ organisation interne du judaïsme d’Europe centrale (ashkenaze), et ce, presque jusqu’à la fin du Moyen Age.

Plus tard, les chefs de famille juifs (ba’ale batim) qui étaient sous contrat direct avec le pouvoir chrétien jouèrent un rôle primordial. II s’agissait la plupart du temps de preneurs ou de banquiers, occasionnellement de médecins. La situation juridique et sociale de leur famille ainsi que des autres membres du foyer, mais aussi la protection de certains serviteurs de la communauté (tels que le shammash ou bedeau) dépendaient entièrement de leur succès économique et de leurs talents diplomatiques.

Tout se gâte au XIII siècle. Les prédicateurs reprochaient aux juifs, spécialises dans le prêt d’argent depuis le XIIIe siècle, de pratiquer l’usure. Ce n’est donc sans doute pas par hasard si, avant les pogroms lies a la peste, les trois grandes vagues de persécution de l’empire eurent toutes lieu dans de grandes régions viticoles fortement urbanisées dotées d’une économie financière élaborée et d’ une population juive dense. 

A partir de la seconde moitie du XIV siècle, I’ expulsion des juifs hors des villes ou des territoires entraina d’importants mouvements migratoires de juifs allemands vers l’Italie et l’Europe de l’Est, tandis que les juifs restes a l’ouest de l’empire résidaient principalement en milieu rural. Malgré les expulsions des juifs de Strasbourg (1390) et de plusieurs autres villes (au cours du XV siècle), l’ Alsace allait être, jusqu’à l’époque moderne, la patrie d’un nombre important de juifs ashkénazes.

le début d’article a pour but de démontrer que dans l’histoire des juifs persécutés et misérables de l’histoire conventionnelle, s’est toujours cachées de grandes familles de financiers. 

Juif portant comme marque distinctive un chapeau pointu, appelé « Judenhut » dans les régions de langue germanique, ainsi qu’une longue robe par-dessus ses vêtements.

Le blason des Rothschilds et la royauté :

Blason Empire Romain Germanique "Premier Reich"
Blason du "Deuxième Reich " (1871-1918)

« Otton Ier » du Saint-Empire, surnommé en allemand Otto der Große (Otton le Grand en français), est l’un des plus célèbres souverains allemands du Moyen Âge, fondateur du Saint-Empire romain germanique :

Blason des Rothschilds
Blason "Troisième Reich"

Il fut également appelé du XVIe siècle au XVIIIe siècle Saint-Empire romain de la nation teutonique ou Saint-Empire romain de la Nation germanique (en allemand : Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation) Après sa suppression, dans les livres d’histoire français du XXe siècle, il fut appelé Saint-Empire romain germanique. Mais la référence germanique n’est pas présente dans les livres d’histoire des autres pays.

Ceci était le « Premier Reich » retenez le blason de l’aigle !

C’est sous la dynastie des Ottoniens, au Xe siècle, que l’empire se forme à partir de l’ancienne Francie orientale carolingienne.

la Francie orientale est parcourue par des routes commerciales reliant l’Occident et l’Est. La plus ancienne et la plus prestigieuse est la Helweg longeant en ses nombreux diverticules les premiers reliefs des massifs hercyniens surplombant la plaine germano-polonaise et qui, au-delà du Rhin, gagne Aix-la-Chapelle, voire Liège, Saint-Quentin ou Paris. Vouées principalement au commerce des esclaves et des grains, des métaux et des fourrures, les autres routes rejoignent l’axe Nord-Sud formé par la succession de la vallée du Rhin ou de la Meuse à l’occident ou par l’Elbe à l’orient, elles coupent la vallée de la Weser, les multiples affluents méridionaux du Danube ou renforcent l’axe fluvial du Danube ou du Main. De riches villes prospèrent au bord de ces fleuves, comme Mayence, Augsbourg ou Ratisbonne.

Au début du Moyen Âge, la communauté juive de Mayence est très active dans le grand commerce international. Les négociants juifs commercent avec l’Orient et avec les pays slaves voisins. Au Xe siècle, ils importent des fourrures de Russie et de Pologne. Dans la chronique de Dithmar, évêque de Mersebourg, il est relaté qu’un juif italien de Mayence, Kalonymos II risqua sa vie pour sauver Otton II sévèrement battu et menacé d’être capturé par les Sarrasins, en Calabre au Cap Colonna.

La documentation est très riche sur les marchands d’Allemagne : elle indique qu’il existe de nombreux marchands à Worms, Mayence, Passau, Magdebourg, Hambourg et Mersebourg. De nombreux marchands juifs commercent dans les villes allemandes.

Si j’éclaircis tout ça… c’est pour montrer qu’un Rothschild n’a pu sortir d’un ghetto d’une petite ville allemande comme l’histoire le raconte !

Phalange espagnole :

La Phalange espagnole (en espagnol : Falange Española) est une organisation politique espagnole nationaliste d’obédience fascisante fondée le 29 octobre 1933 par José Antonio Primo de Rivera, fils de Miguel Primo de Rivera, ancien dictateur d’Espagne de 1923 à 1930.

Blason Phalange Espagnole
Blason Franquiste Fashiste
Blason Rothschild
Blason Rothschild

Bon, tout ça n'est peut être qu'une coïncidence ! Mais ça commence à faire beaucoup de logos fascistes chez les Rothschilds.

Mais donc , la famille Rothschild de son nouveau nom tiré d’une petite maison de ghetto commence bien  avec Mayer Amschel Rothschild dans le ghetto juif de Francfort-sur-le-Main ? Hé bien non !

Voici ce que l'on retrouve en 1680 :

Uri-Feibesch Rothschild mort en 1680 . Avec le beau symbole de la royauté de descendance « Empire Romain »

Pére : Moses Feibesch voir ci-dessous :

 

La lignée des Rothschilds :

Le patronyme Rothschild fut adopté dans les années 1570 par leur ancêtre Isaac Elchanan, qui emprunta son nom de famille à la petite maison étroite qu’il occupait avec sa famille dans la Judengasse (ruelle des Juifs) de Francfort-sur-le-Main en Allemagne. Le nom Zum roten Schild, c’est-à-dire en français : « À l’Écu rouge », ou encore « À l’Enseigne rouge », donne ainsi naissance à un nouveau patronyme : « Rothschild ». Rien à voir  donc avec « Mayer Amschel Rothschild ».

Grâce au Main Francfort s’ouvrait sur la plus importante artère de navigation fluviale d’Europe. Aussi les longues périodes de paix de la première moitié du XVIII e siècle en avaient favorisé l’enrichissement.

Kalmann, l’arrière-grand-père de Mayer Amschel, mort en 1707, était actif dans le commerce de vêtements de soie et de coton, mais principalement changeur, comme son fils Moses Kalmann, le grand-père de Mayer Amschel.

Nulle part en Europe il n’y avait autant de juifs de cour qu’en Allemagne, parce que les princes couraient après les crédits afin de procurer des canons à leurs armées, des bijoux à leurs maîtresses et des produits raffinés, français et italiens à leurs cuisinières. A l’autre coté les juifs allemands pouvaient s’appuyer sur leurs réseaux familiaux en Europe pour financier ces extravagances personnelles et politiques.

Étrange pour un petit marchant de garder une maison aussi longtemps !! Surtout que :

Landgraviat de Hesse-Cassel :

Le landgraviat de Hesse-Cassel (en allemand : Landgrafschaft Hessen-Kassel) était un État du Saint-Empire romain germanique.

Mayer Amschel Rothschild, né Mayer Amschel Bauer (1744-1812), transforma le modeste commerce de prêt sur gages créé par son père en une banque reconnue, et devint le gérant de la fortune de Guillaume Ier, électeur de Hesse-Cassel , qui est considéré comme l’une des plus grandes fortunes d’Europe.

Devenu Juif de cour, la fortune de Mayer Rothschild démarre lorsqu’il s’occupe des affaires du prince, en particulier pendant et après l’occupation de la région par Napoléon (Guillaume part alors en exil pendant plusieurs années, confiant à Mayer la gestion de sa fortune). Quel bol ! Et surtout il ne les reverra jamais !!

Après s’être initié à la finance chez le banquier Simon Wolf Oppenheimer

Le banquier Simon Wolf Oppenheimer :

Simon Wolf Oppenheimer ( 10 novembre 1726), est un banquier, Juif de cour de l’Électorat de Brunswick-Lunebourg.

Oppenheimer est un patronyme d’origine allemande, dérivé du nom de la ville « d’Oppenheim »

« Oppenheim » est une ville du Land de Rhénanie-Palatinat  au bord du Rhin, à mi-chemin entre Mayence  et Worms et devinez quoi ? Le blason :

Mayence (en yiddish Magenza) commence au début du Moyen Âge quand la ville accueille une communauté juive importante. Mayence est une des villes d’Allemagne qui donnent au judaïsme occidental une réputation de savoir et de piété, à l’instar des centres français. Grâce à elle, le Talmud devient une œuvre surtout occidentale. En effet, dès le Xe siècle, Mayence était un important centre de vie juive.

Hommage des Juifs de Magenza pour célébrer l'élection d'Emeric-Joseph de Breidbach de Burrisheim comme électeur de Mayence, 5 juillet 1763
Emeric-Joseph de Breidbach

Emeric-Joseph de Breidbach provenait d’une famille noble de Burrishei.Par son ouverture aux principes des Lumières, il se révéla comme le plus éminent prince-archevêque de Mayence.

Il se borna sur le plan économique à poursuivre la politique mercantiliste de son prédécesseur (il n’y eut guère de grande réforme économique), il se consacra d’autant plus à la réforme de l’éducation. Il s’employa surtout à circonscrire l’influence des ordres religieux, en particulier celle des Jésuites, qui contrôlaient les universités et les lycées.

Le mercantilisme est un courant de la pensée économique contemporain de la colonisation du Nouveau Monde et du triomphe de la monarchie absolue, depuis le XVIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle en Europe.

Il considère que : « le prince, dont la puissance repose sur l’or et sa collecte par l’impôt, doit s’appuyer sur la classe des marchands et favoriser l’essor industriel et commercial de la Nation afin qu’un excédent commercial permette l’entrée des métaux précieux » Ce fut sous Emeric-Joseph, que Mayence commença à prospérer.

Cette croyance se généralise et plaide en faveur d’une vision dynamique de la politique de l’économie nationale. Les tenants du mercantilisme prônent le développement économique par l’enrichissement des nations au moyen d’un commerce extérieur convenablement organisé en vue de dégager un excédent de la balance commerciale. Résultat qui est obtenu par un investissement raisonné et volontaire dans des activités économiques à rendement croissant, comme l’avait identifié l’économiste italien Antonio Serra dès 1613. Pour ce faire, l’État se trouve investi de la responsabilité de développer la richesse nationale, en adoptant des politiques pertinentes de nature défensive (protectionnisme) mais aussi offensive (favorisant l’exportation et l’industrialisation).

De nos jours, la discussion de la pertinence et de la validité des idées mercantilistes refait surface, notamment dans le débat contemporain sur la mondialisation, le libre-échange, et le protectionnisme.

J’espère que vous suivez bien le lien de tout ça, et que les Rothschilds ne débutent pas en 1800 sortis d’un ghetto  ! Ces familles ne sont jamais loin de l’argent à se faire ..

Le terme Mercantilisme » vient du latin mercari, « faire du commerce », issu de la racine merx, « marchandise » popularisé à partir de 1776 par « Adam Smith » :

« Adam Smith » Professeur de philosophie morale à l’université de Glasgow, il consacre dix années de sa vie à ce texte qui inspire les grands économistes suivants, ceux que Karl Marx appellera les « classiques » et qui poseront les grands principes du libéralisme économique.

En 1776, après y avoir consacré plusieurs années, Smith publie son traité d’économie politique, celui qui va faire sa renommée et qu’il intitule Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations.

Il développe des théories économiques sur la division du travail, le marché, la monnaie, la nature de la richesse, le « prix des marchandises en travail », les salaires, les profits et l’accumulation du capital. Il examine différents systèmes d’économie politique, en particulier le mercantilisme et la physiocratie. Il développe aussi l’idée d’un ordre naturel, le « système de liberté naturelle », résultant de l’intérêt individuel se résolvant en intérêt général par le jeu de la libre entreprise, de la libre concurrence et de la liberté des échanges.

Donc ! Rothschild est né en 1570 avec "Isaac Elchanan" alors ? "hé...bien non !"

Esther Moise Bacharach, zum Hahn, zur roten Rose (ROTHSCHILD) est née entre 1495 et 1555, des parents Moshe Katz Zur Leiter and Golda (Goldche)  (née Bingen).
Esther a épousé Isaak Elchanan Bacharach, zum Hahn, zum rot. Schild « Rothschild » né en 1528, à Francfort sur le Main, Allemagne.

Après pour le reste, c'est peut-être juste ma parano :

Amschel Mayer Rothschild
The British Banking Dynasty That’s Even Older Than the Rothschilds
Partager cette Page
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *