Qui sont les 9 sages qui gardent notre constitution ?

Qui sont les 9 sages qui gardent notre constitution ?

18 février 2022 0 Par Admin

La constitution selon Wikipédia “La constitution protège les droits et les libertés des citoyens contre les abus de pouvoir potentiels des titulaires des pouvoirs (exécutif, législatif, et judiciaire). C’est beau sur la Papier https://www.conseil-constitutionnel.fr/sites/default/files/2018-09/2018_livret_jeunesse_ccpdf.pdf

” L’on sait aujourd’hui avec le recul qu’il n’y a pas plus injuste que la justice, suffit juste de voir combien de condamnations ne sont pas appliquées pour les dirigeants” Une justice à deux vitesses , une santé à deux vitesses, une économie à deux vitesses , donc des citoyens à deux vitesses. Tout le contraire d’une constitution citoyenne où l’égalité devrait être assurée et gardée par des gens neutres

A titre personnel,  j’ai envie de dire que cette constitution devrait être gardée par d’irréprochables personnes et de mondes très différents ! Enfin en théorie, car sur le papier cela est bien différent comme l’on va le voir dans cet article .

Première incohérence, "elle est hors-la -loi"

Conseil constitutionnel : les sages affichent une rémunération en partie illégale depuis 20 ans :

Une proposition de loi va être examinée dans les tout prochains jours à l’Assemblée nationale pour corriger une anomalie qui dure depuis 20 ans. Le très confortable salaire des “sages” du Conseil constitutionnel est fixé par le gouvernement, et c’est là où le bât blesse.

Ils sont les garants de notre État de droit et pourtant la rémunération des “sages” du Conseil constitutionnel est en partie illégale. C’est la conclusion de l’Observatoire de l’éthique publique, un think-tank composé de parlementaires et d’universitaires, dont l’enquête menée sur deux ans a été révélée par le journal L’Opinion. 15.000 euros brut mensuels, plus de 13.000 euros nets, soit autant que le président de la République. 

Voilà ce que touche un “sage” et l’explication remonte au début des années 2000, décrypte René Dosière, ancien député socialiste et président de l’Observatoire de l’éthique publique. “Leurs rémunérations avaient été défiscalisées à 50% pendant très longtemps. Et puis, lorsqu’on a mis fin, en 2001, à cette défiscalisation, en compensation, le gouvernement a augmenté leur rémunération.” 

Ce n’est pas au gouvernement de fixer, dans l’ombre, cette rémunération, mais au Parlement, c’est ce que dit la Constitution. “Autant réhabiliter les prisonniers en gardiens de prisons aussi !

Le Conseil est composé de neuf membres, chacun nommé pour neuf ans et désigné par le président de la République, le président du Sénat ou le président de l’Assemblée nationale. Chacune de ces personnalités désigne un membre tous les trois ans. Les anciens présidents sont par ailleurs membres à vie et siègent depuis 2004.

” Donc oui… autant dire que cette prison constitutionnel est gardée par des prisonniers”. Vous imaginez que les présidents successifs qui détruisent notre France gardent ensuite nos libertés, incompréhensible non ! Voici pour l’image.

Mais pas que, car ils ne sont pas tous irréprochables nos gardiens.

Commençons avec les présidents qui siègent obligatoirement

En 2011, Jacques Chirac a suspendu sa participation au Conseil et demandé que ses indemnités de 11.000 euros soient suspendues. L’ancien président était alors mis en examen pour «abus de confiance, prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics» .

Deux ans plus tard, Nicolas Sarkozy annonce à son tour la fin de sa participation au Conseil. À la suite de l’invalidation de ses comptes de campagne, l’ancien président avait exprimé son souhait de «démissionner».

Les membres du Conseil Constitutionnel :

Je ne vous présente plus son président Laurent Fabius et l’histoire du sans contaminé mais j’en rajoute une petite comme il est en tête d’affiche :

Alain Juppé, le candidat du président de l’Assemblée nationale, qui va remplacer un ancien premier ministre, Lionel Jospin, et en retrouver un autre, Laurent Fabius.

Jacques Mézard, nommé par le Président de la République Macron :

Partager cette Page